Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Intérieur d’une voiture conçue pour les pays où l’on code de la route haiti pdf à gauche, avec le volant à droite. Selon le pays, l’intégralité du trafic motorisé routier s’effectue du côté gauche ou du côté droit de la route.

Ce choix influe naturellement sur les ordres de priorité, le dépassement, le positionnement des panneaux de signalisation et l’utilisation des ronds-points, mais également sur la position du poste de conduite dans les véhicules. Il est très difficile de trouver des raisons précises pour lesquelles certains pays choisissent de circuler à gauche et d’autres à droite. Antiquité, circulaient sur la gauche des chemins, tenant leurs rênes de la main gauche afin de pouvoir plus facilement tirer leur épée avec leur main droite en cas d’attaque ou d’adresser plus aisément d’amicales salutations. On peut supposer cependant qu’ils allaient plutôt sur le centre des chemins, là où ils étaient le plus praticables, et que l’attaque d’un adversaire situé sur le côté gauche de la route serait plus difficile à parer.

De plus, cette explication ne dit pas ce qu’étaient censés faire les chevaliers gauchers, ni comment cette tradition se serait perpétuée à travers les siècles. Ce chariot se répand vite dans tous les pays voisins, et des engins similaires apparaissent également en Europe. Caractéristique principale du Conestoga : il ne comporte pas de siège pour le cocher. Cet apparent détail va bouleverser les habitudes de la route.

En Europe, ce chariot devint célèbre et la même pratique se perpétua. De plus, la flambée révolutionnaire n’hésitait pas à se débarrasser d’une pratique voulue par le pape. France roulait donc à droite. Europe conquise l’obligation de conduire à droite, par opposition aux Britanniques qui conduisaient à gauche.

Napoléon, sans doute dans le but de surprendre, aurait entraîné ses troupes à commencer l’attaque du flanc droit. Empereur, n’apprécia pas le Conestoga, et lui préféra un modèle plus petit, muni d’une seule paire de chevaux, et surtout d’un siège de postillon. Le poste de conduite se trouvait donc à droite. Pour réaliser au mieux cette opération, le conducteur devait se tenir du côté du bas-côté de la route, afin de voir si les roues ne sortaient pas de la route.